Search

Information

Eglise

 

L’église Saint-Pierre de Romilly sur Aigre

Eglise Saint-Pierre

Cette église se situe sur la rive gauche de l’Aigre, en bordure des champs et domine tout le village. Elle a été érigée à l’emplacement de l’ancien château des seigneurs de la Grand’Cour.
 L’ensemble actuel a été construit à trois périodes différentes qui s’échelonnent du XVème au XVIIIème siècle.
 
La partie la plus ancienne est la nef, elle date de la fin du XVème siècle. Elle présente la particularité de posséder des baies romanes dans son mur nord et des baies gothiques dans son mur sud. Une piscine de style flamboyant indique l’emplacement de l’ancien sanctuaire.

Piscine

La piscine

 

Des croix de consécration ont été intégrées dans les murs de la nef et du chœur.

Corix de consécration

 


Le chœur, lui, date de la fin du XVIème siècle. Il est composé de deux travées et d’une abside à trois pans coupés. Il semble qu’il avait été prévu d’ériger une voûte avec croisée d’ogives comme en témoignent les amorces sur les murs nord et sud. Probablement faute de financements, on opta pour une voûte lambrissée laquelle, dans le cul de four de l’abside, est décorée d’une scène biblique.

 

Le cul du four

Le cul de four

 

C’est de la fin du XVIIIème siècle que date la partie la plus singulière de l’édifice. Elle est composée d’un bâtiment à deux étages dont la façade est flanquée de deux tours rondes. Sur cette façade, on remarque trois niches, une seule étant occupée par une statue polychrome de Saint-Pierre placée là au XVIIIème siècle. La toiture est agrémentée de deux fausses lucarnes, celle située au sud cachant un conduit de cheminée.
 
En entrant sous le porche, on découvre, au sol, un beau dallage en pierres, seul vestige de l’ancien caquetoire avec, dans la salle du premier étage, les trois corbeaux en triangle qui soutenaient la charpente et, face à l’entrée, l’ancien portail à gâble derrière les poutres.
 
De chaque côté se trouve une salle : celle de droite étant équipée d’une cheminée, c’était une cuisine, celle gauche servait aux communs.
Au-dessus du porche, on accède à deux salles d’environ 60 m² par un escalier en colimaçon situé dans la tour sud. La salle du premier étage est parquetée et celle du deuxième étage, sous la charpente, est carrelée.

2e étage


La salle du 2e étage


Cet étrange bâtiment – construit, avec l’autorisation de Louis XIV, par Jean de Pleurre seigneur de Romilly et de la Ferté Villeneuil - a servi d’hôtel-Dieu pendant une trentaine d’années, jusque dans les années 1730. Il accueillait les malades des deux paroisses ainsi que ceux de Cloyes.

Devant l’aspect peu fonctionnel de l’établissement, l’hôtel-Dieu est retourné à la Ferté Villeneuil.

 

Salle des malades

La salle des malades (1er étage)

 

Par la suite, la salle du premier étage servit de salle de spectacle au début du XXème siècle, puis de lieu de stockage de céréales.
 
Cette partie de l’église qui appartenait toujours au domaine du Jonchet a été rachetée par la Commune au début des années 1980.
 Au cours des siècles l’édifice bénéficia de nombreuses restaurations.
Au XVIIIème siècle, on mit en place le retable du maître-autel. A cette occasion, les baies du côté est ont été bouchées. On installa la grille monumentale qui sépare le chœur de la nef. Elle provient de l’abbaye de Saint Avit de Saint-Denis les Ponts. Cette grille n’étant pas adaptée à la largeur de l’église, on ajouta, de part et d’autre de celle-ci deux petits autels qui, en fait, la tiennent debout.

Grille

Intérieur de l'église avec sa grille

 

Les lambris de la voûte furent aussi remplacés, en 1748 pour le chœur et en 1766 pour la nef. Les noms des artisans qui y ont travaillé y figurent toujours, au fond de la nef sur le côté nord. Ils ont été conservés lors de la dernière restauration, en 1999.

 

Charpente

 
Détail de la charpente avec le nom du charpentier et la date des travaux

 

Au XIXème siècle, en 1862, ce sont les peintures intérieures qui ont été restaurées. A cette occasion, on mit au jour des fragments de fresques, ainsi qu’une litre qui faisait tout le tour de l’église. L’ensemble n’a pas été gardé, malheureusement.
 
Au XXème siècle, dans les années 1920-1930, on restaura le clocher.
 
Enfin, dans les deux dernières décennies, l’édifice bénéficia d’une restauration de grande ampleur ; Ce furent successivement la toiture, la voûte, les fenêtres et l’escalier de l’ancien hôpital, les menuiseries intérieures, les peintures et les vitraux de la nef.

Additional information