Search

Information

Château du Jonchet

 

Chateau du Jonchet

 
Jusqu'à la fin du XVIème siècle, deux seigneuries coexistaient à Romilly : la seigneurie dite « de Romilly » à la Grand'Cour et la seigneurie du Jonchet. Elles ne formeront qu'un seul et même domaine qu'à partir de 1593.
Auparavant, plusieurs propriétaires se sont succédé au Jonchet. Le premier connu est Jacques de Lyon, cité en 1537 comme étant seigneur de Bouville et du Jonchet.
Viennent ensuite, en 1575, Jacques de Beaufils, seigneur d'Orgères, puis, en 1588, Marie Leliepvre, veuve de Jacques des Hayès seigneur d'Ouzouer le Doyen.
Le fils de celle-ci, prénommé aussi Jacques, vend le domaine à Michel Sublet, seigneur d'Heudicourt, en 1593. En 1660, à la mort de son fils Pierre, criblé de dettes, les créanciers contraignent les héritiers à vendre. C'est Jean de Pleurre qui devient le nouveau propriétaire. C'est à lui que l'on doit la construction du petit hôpital accolé à l'église. La famille possédera le Jonchet jusqu'en 1759, date à laquelle elle vend toutes se possessions à Louis-Hilaire du Bouchet comte de Sourches moyennant une somme de cent cinquante mille livres. Son fils, Jean-Louis n'ayant pas d'héritier, le domaine échoit en 1805 à la veuve d'un cousin : Louise Elisabeth Félicité Françoise Armande Anne Marie Joséphine de Croy d'Havré, duchesse de Tourzel qui s'empresse de vendre à André-Julien Dupuy, sénateur et comte d'Empire, en 1809.
En 1817, le Jonchet change à nouveau de propriétaire. C'est la famille de Tarragon qui s'y installe pour près de cent cinquante ans. Quand le domaine est vendu, dans les années 1950, les bâtiments sont en très mauvais état. Fernand Pouillon, architecte aussi talentueux que controversé, en devient propriétaire et entame la restauration de l'édifice. Ses démêlés avec la justice le conduisent à vendre à Roger Bellon qui continuera l'œuvre de restauration jusqu'à son décès en 1974. Une nouvelle fois, le domaine est à vendre.
Depuis cette date, le Jonchet n'a plus changé de propriétaire. Il sera classé à l'inventaire des Monuments Historiques en 1976.
L'actuel propriétaire dit avoir eu un coup de cœur en découvrant le site. Il était alors à la recherche d'un bâtiment ancien assez proche de Paris. Quand il apprend, un peu plus tard, que le manoir est à vendre, en 1974, sa décision est prise en trois jours : il l'achète et pourra réaliser son rêve : sauver le Jonchet et lui redonner le lustre qu'il méritait en s'appuyant sur de très bons artisans locaux.
Un grand travail de rénovation commence alors. Il revient sur les travaux effectués par Fernand Pouillon pour les mettre plus en adéquation avec l'architecture ancienne du bâtiment.
Viennent ensuite les extérieurs avec la rénovation des cheminées, des toitures, de la tour de guet, des enduits des façades ainsi que de ceux des douves.
L'ancien potager de la famille de Tarragon, remplacé par un jardin à la française par Roger Bellon, est entièrement redessiné avec des formes géométriques en s'inspirant du jardin du couvent San Giorgio Maggiore de Venise.
Le manoir, initialement construit en lanterne, a retrouvé son exceptionnelle lumière.
Pour son propriétaire, « le Jonchet, c'est la maison des passions, [il] ... est bâti comme une robe de haute couture ».

Ce domaine n'est pas ouvert au public.

 

Additional information